La spondylarthrite ankylosante

Qu’est-ce que la spondylarthrite ankylosante ?


La spondylarthrite ankylosante est une affection rhumatismale de la famille des spondylarthropathies, qui provoque une inflammation chronique des articulations. Elle atteint le bas du dos et la colonne vertébrale, mais peut aussi toucher la cheville ou le genou. Il s’agit d’une affection chronique et évolutive : l’inflammation persiste, et conduit à un raidissement des articulations.

Dans les cas les plus sérieux, il arrive que les vertèbres se soudent, ce qui peut être très invalidant. La spondylarthrite ankylosante peut également entraîner des complications cardiovasculaires. Heureusement, aujourd’hui, les formes graves sont de plus en plus rares parce qu’il est possible, grâce à l’IRM, de poser un diagnostic très tôt. Le traitement permet alors de maîtriser les symptômes et de limiter l’ankylose des articulations.

 <!-- Shortcode product -->

<!-- / Shortcode product -->

 

Qui est touché par la spondylarthrite ?


Relativement rare, elle est trois fois plus fréquente chez les hommes que chez les femmes. Elle apparaît généralement entre quinze et quarante ans, et touche des personnes par ailleurs en bonne santé. Quelqu’un dont le frère ou la sœur est atteint par la spondylarthrite ankylosante a cinquante fois plus de risques de la développer que le reste de la population.


Causes et facteurs de risque


Les causes de la spondylarthrite ankylosante sont inconnues. Les scientifiques pensent qu’elle est due à un ensemble de facteurs génétiques et environnementaux. Le gène HL1-B27 a ainsi été identifié comme un facteur prédisposant à cette affection inflammatoire, car il est présent chez 93% des personnes atteintes.

Toutefois, il ne cause pas à lui seul la spondylarthrite : ainsi, seulement 5 à 6% des personnes possédant ce gène la développent. A côté de ce facteur génétique, on pense que des bactéries entraînant des infections génitales et digestives pourraient être en partie responsables de l’apparition de la spondylarthrite ankylosante, parce qu’elles modifient le système immunitaire. Il est d’ailleurs courant que les symptômes se manifestent dans les semaines suivant une infection de ce type.

 

 <!-- Shortcode product -->

<!-- / Shortcode product -->