La discopathie dégénérative

Discopathie dégénerative : définition


La discopathie ou discopathie dégénérative est le processus de détérioration progressive d’un disque intervertébral, sa rigidifaction, son déssèchement et son tassement. Il s’agit donc du vieillissement prématuré et/ou accéléré du disque. La discopathie peut survenir sur n’importe quel disque. Lorsqu’elle survient sur un disque de la région lombaire, on parle de discopathie lombaire ou de discopathie dégénérative lombaire. Lorsqu’elle apparaît sur un disque de la région dorsale, on parle de discopathie dorsale. Enfin, la discopathie peut survenir dans la région cervicale : discopathie cervicale.

Le disque le plus souvent sujet à une discopathie dégénérative est celui situé entre les vertèbres l5 et s1 : discopathie l5 s1. La discopathie l4 l5 est également fréquente. La discopathie c5 c6 est la discopathie dégénérative cervicale la plus fréquente.

Lorsqu’une personne présente plusieurs disques vertébraux en dégénération on parle de discopathie étagée.

Lorsque le processus de dégénération entraîne la formation d’un bombement assymétrique du disque on parle de discopathie protrusive.

La discopathie présente de nombreux stades d’évolution et va de la discopathie modérée à la discopathie évoluée jusqu’à la discopathie sévère. Dans certains cas, le disque vertébral peut disparaître complètement.

Quand les disques intervertébraux vieillissent

Marche, sport, port de lourdes charges, mouvements répétitifs et chocs en tous genres : au cours de notre vie, nos vertèbres sont soumises à des millions de microtraumatismes. Elles sont protégées par les disques intervertébraux qui font office d’amortisseurs. A chaque choc, ceux-ci expulsent une infime quantité de liquide synovial, le liquide qui lubrifie les articulations. La nuit, les disques se regonflent par un mécanisme de réaspiration qui est malheureusement de moins en moins efficace avec l’âge. Les disques, moins bien hydratés, s’affinent, perdent leur souplesse et se tassent : c’est ce que l’on appelle la discopathie dégénérative. Cette pathologie apparait de façon lente et progressive et a tendance à toucher surtout les disques lombaires, qui sont soumis à des forces plus importantes que les disques cervicaux. Le disque le plus souvent affecté se situe entre les vertèbres L5 et S1, à la jonction lombosacrée. Lorsque plusieurs disques sont touchés, on parle de discopathie étagée.


Les symptômes de la discopathie dégénérative

La discopathie dégénérative peut être tout à fait asymptomatique, ou provoquer au contraire des douleurs intenses au quotidien. Parfois, elle peut même conduire à une perte de mobilité. Les symptômes dépendent du disque atteint et du niveau de tassement. Lorsqu’un ou plusieurs disques lombaires sont atteints, on remarque des fourmillements dans les jambes, des douleurs lombaires et une perte de sensibilité, voire même des symptômes ressemblant à ceux de la sciatique. Quand elle touche les disques cervicaux, la discopathie peut provoquer des maux de tête, une perte de dextérité et des fourmillements dans les bras et les jambes. La discopathie dégénérative augmente par ailleurs le risque de hernie discale.